• La VRAIE HISTOIRE du PERE NOEL

     

     

    Le père Noël est généralement reconnu et célébré dans la plupart des pays européens et américains.

      

    Ailleurs, celui qui distribue les cadeaux durant les vacances d'hiver, incluant le nom, l'apparence, l'histoire, et la date d'arrivée, varie grandement.

      

    En Amérique latine, il est généralement désigné sous le vocable

    « Papá Noel », mais cette appellation subit quelques variations dans certains pays.

    En Europe, les rituels liés à l’approche de l’hiver sont ancestraux.

      

    Au Moyen Âge, l’Église catholique décide de remplacer les figures païennes par des saints[réf. nécessaire].
     
    Par le nom de « saint Nicolas », elle désigne Nicolas de Myre, un personnage qui vécut au IVe siècle au sud de la Turquie actuelle près d’Antalya, contemporain de la dernière vague de persécutions et du concile de Nicée, moment important du christianisme.
     
    Le conservateur et responsable du département d’information numérique au Musée copte, Hani Zarif, affirme

     

    « Papa Noël, connu sous le nom de Santa Claus, est une vraie personnalité historique ».

      

    C’est l’évêque de Myre né vers la fin du IIIe siècle en Lycie, au sud de l’actuelle Turquie. Possédant un héritage important, il distribuait les cadeaux et la nourriture aux pauvres et aux familles modestes pendant la nuit, anonymement.

      

    Ainsi il tentait de récupérer le mythe du Santa Klaus scandinave laique à des fins religieuses. Ce qui n'aura de cesse pendant des siècles.
     
    Lors des Croisades, au XIe siècle, sa dépouille est volée par des marchands italiens, mais ils laissent sur place un morceau de crâne et de mâchoire.

    Les reliques sont transférées à Bari, en Italie.

     

      

    Un chevalier lorrain aurait aussi récupéré une de ses phalanges et l’offrit à l’église de Port. Devenue lieu de pèlerinage, la ville est alors rebaptisée Saint-Nicolas-de-Port. Saint Nicolas devient le saint patron de la Lorraine.

      

    En 1477, le duc de Lorraine, René II, lui attribue sa victoire contre Charles le Téméraire3. Par la suite, sa légende sera reliée à la Nativité.

      

    Il deviendra dans presque toute la France « Papa Noël »

    soit « Père de la Nativité ».
     
    Á Bari en Italie, la relique aurait produit des miracles.

      

    Selon une légende, il aurait ressuscité trois enfants découpés par un horrible boucher. Il est alors présenté comme le saint protecteur des tout-petits.

      

    C’est pourquoi, en sa mémoire, le 6 décembre de chaque année, principalement dans les pays d’Europe du Nord et de l’Est (notamment dans l’Est de la France en Alsace, à Metz, à Nancy et à Saint-Nicolas-de-Port), la coutume veut qu’un personnage, habillé comme on imaginait que saint Nicolas l’était (grande barbe, crosse d’évêque, mitre, grand vêtement à capuche), va alors de maison en maison pour offrir des cadeaux aux enfants sages.

      

    Au XVIe siècle, la légende du saint s’enrichit avec le personnage du père Fouettard qui punit les enfants désobéissants (selon certaines traditions, celui-ci serait en fait le boucher de la légende).

      

    En France, à partir du XIIe siècle également appelé, le vieux qui présidait ce cortège, est par la suite appelé « Noël ».

    En Asie, certains pays, particulièrement ceux qui ont adopté la culture occidentale, célèbrent également Noël et le distributeur traditionnel de cadeaux.

      

    Certains pays perpétuent Noël en tant que tradition (spécialement pendant les vacances), comme Hong Kong, les Philippines, le Timor oriental,

    la Corée du Sud, la Malaisie, Singapour, l'Inde, et les communautés chrétiennnes d'Asie centrale et du Moyen-Orient. Les chrétiens d'Afrique et Moyen-Orient perpétuent la tradition de Noël depuis le XIXe siècle et

    le XVIe siècle.

      

      

    Les descendants perpétuent la tradition de leurs ancêtres.

     

     

    • Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud : Vader Kersfees ou Kersvader en Afrikaans; Father Christmas ou Santa Claus / Sinterklaas
    • Drapeau de l'Albanie Albanie : Babagjyshi i Krishtlindjeve (« Grand-père Noël ») ; Babadimri (« Grand-père Hiver »)
    • Drapeau de l'Algérie Algérie : Baba Noel ; en Drapeau de la Kabylie Kabylie et dans les régions berbérophones : Vava Massilul ou Vava nuwal ; bien que l'Algérie soit principalement musulmane, certains foyers kabyles perpétuent la tradition de Massilul et de l'arbre de Noël (ou de la nouvelle année)
    • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Weihnachtsmann (« Homme-noël ») ; Christkind, au sud du pays
    • Drapeau de l'Arménie Arménie : Ձմեռ Պապիկ (Dzmer Papik « Grand-père Hiver »)
    • Drapeau de l'Australie Australie : Santa (le plus populaire) Santa Claus ou Father Christmas (« Père Noël »)
    • Drapeau de l'Autriche Autriche : Christkind (textuellement « Enfant-Christ », que l'on traduit en fait par l'Enfant Jésus mais qui, paradoxalement, est représenté par une jeune fille portant une couronne)
    • Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan : Şaxta Baba
    • Drapeau de la Belgique Belgique : Père Noël ou Papa Noël (français) / Kerstman (néerlandais)
    • Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine : Djeda Mraz (« Grand-père Hiver »)
    • Drapeau du Brésil Brésil : Papai Noel ; Bom Velhinho (« Bon vieil homme »)
    • Drapeau de la Bulgarie Bulgarie : Дядо Коледа (« Grand-père Noël »), Дядо Мраз (« Grand-père Frost ») depuis l'époque socialiste, peu employé
    • Drapeau du Canada Canada : Santa Claus (Anglais), Père Noël (Français)
    • Drapeau du Chili Chili : Viejito Pascuero
    • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : 圣诞老人 (Shèngdàn lǎorén, « Le vieil homme de Noël »)
    • Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud : 산타 클로스 (Santa Kullosu), 산타 할아버지 (« Grand-père Noël »)
    • Drapeau de la Croatie Croatie : Djed Mraz (« Grand-père Gel ») ou Djed Božičnjak (« Grand-père Noël »)
    • Drapeau du Danemark Danemark : Julemanden
    • Drapeau de l'Égypte Égypte : Papa Noël (Arabe : بابا نويل Baba Noel, du turc Noel Baba)
    • Drapeau de l'Espagne Espagne et certains pays d'Amérique latine espagnols : « Papá Noel », « San Nicolás » ou « Santa Claus » ; Bizarzuri (basque) ; Pare Noel (catalan). Les rois mages également le 6 janvier.
    • Drapeau de l'Estonie Estonie : Jõuluvana
    • Drapeau des États-Unis États-Unis : Santa, Santa Claus ; Kris Kringle ; Papa Noël (dans le sud de la Louisiane), Saint Nicholas, Saint Nick ou Father Christmas
    • Drapeau de la Finlande Finlande : Joulupukki
    • Drapeau de la France France : Père Noël ou Papa Noël ; Paire Nadau (occitan) ; Tad Nedeleg (breton) ; Bizarzuri (basque) ; Père Chalande (arpitan) ; Babbu natale (corse)
    • Drapeau de la Géorgie Géorgie : თოვლის ბაბუა, თოვლის პაპა (Tovlis Babua, Tovlis Papa « Grand-père neige »)
    • Drapeau de la Grèce Grèce et Drapeau de Chypre Chypre : Άγιος Βασίλης (« Saint-Basil »)
    • Drapeau de la Hongrie Hongrie : Mikulás (« Nicholas ») ; Télapó (« Le Père Hiver ») ; Jézuska ou Kis Jézus (« Petit Jésus »)
    • Drapeau des Îles Féroé Îles Féroé : Jólamaðurin
    • Drapeau de l'Inde Inde : Jingal Bell, Santa Clause, Thatha (« Vieil homme de Noël »), Natal Bua
    • Drapeau de l'Irak Irak : Baba Noel, du turc Noel Baba
    • Drapeau de l'Iran Iran : Baba Noel, du turc Noel Baba
    • Drapeau de l'Irlande Irlande : Santa Claus, Santy ou Daidí na Nollaig (« Père Noël »)
    • Drapeau de l'Islande Islande : Jólasveinn ou Yule Lads
    • Drapeau d’Israël Israël : סנטה קלאוס (« Santa Klos »); bien que le pays, de tradition juive, ne fête pas Noël, les Arabes chrétiens le font : (ar) بابا نويل (« Baba Noel ») ou سانتا كلوز (« Santa Klawz »)
    • Drapeau de l'Italie Italie : Babbo Natale (« Père Noël ») ; L'uomo vestito di rosso
    • Drapeau du Japon Japon : サンタさん、サンタクロース (Santa-San - « Monsieur Noël »), Santa Kurōsu
    • Drapeau des Samis Laponie : Juovlastállu
    • Drapeau de la Lettonie Lettonie : Ziemassvētku vecītis
    • Drapeau du Liban Liban : Papa Noël (Arabe : بابا نويل « Baba Noel », du turc Noel Baba)
    • Drapeau du Liechtenstein Liechtenstein : Christkind
    • Drapeau de la Lituanie Lituanie : Senis Šaltis ou Kalėdų Senelis (« Grand-père Noël »)
    • Drapeau du Luxembourg Luxembourg : Kleeschen ou Krëschtkendchen
    • Drapeau de la Macédoine Macédoine : Дедо Мраз / Dedo Mraz
    • Drapeau de Madagascar Madagascar : Dadabe noely / Dàdàbé nouéli
    • Drapeau de la Mongolie Mongolie : Өвлийн өвгөн (Uvliin uvgun - « Grand-père de l'hiver »)
    • Drapeau de la Norvège Norvège : Julenissen
    • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : Kerstman
    • Drapeau de la Pologne Pologne : Święty Mikołaj / Mikołaj (« Saint-Nicolas ») ; Gwiazdor dans certaines régions
    • Drapeau du Portugal Portugal : Pai Natal
    • Drapeau de la République tchèque République tchèque : Svatý Mikuláš (« Saint Nicholas »), Ježíšek (« Enfant Jésus »). Il apporte les cadeaux le soir du 5 décembre, la veille de ses vacances. Il donne souvent des fruits et des friandises aux enfants sages, des pommes de terre et du charbon aux vilains enfants
    • Roumanie Roumanie et Drapeau de la Moldavie Moldavie : Moș Crăciun (« Père Noël ») ; Moș Nicolae (« Père Nicolas ») ; Moș Gerilă
    • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : Father Christmas, Santa (Claus), Daidaín na Nollaig (Gaélique), Siôn Corn (Gallois) et Tas Nadelik (Cornique)
    • Drapeau de la Russie Russie : Дед Мороз (Ded Moroz, « Papi Gel »)
    • Flag of the Italian region Sardinia.svg Sardaigne : Sardinia – « Babbu Nadale »
    • Serbie Serbie : Дедa Мрaз / Deda Mraz (« Grand-père Gel »)
    • Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka : « Naththal Seeya »
    • Drapeau de la Suède Suède : Jultomten
    • Drapeau de la Suisse Suisse : Christkind ou Samichlaus (Allemand) / Père Noël (Français) / Babbo Natale (Italien) / Père Chalande (en langue arpitane: Canton de Genève et Savoie voisine)
    • Drapeau de la Syrie Syrie : Baba Noel, du turc Noel Baba
    • Drapeau du Turkménistan Turkménistan : Aýaz baba (« Père Noël »)
    • Drapeau de la Turquie Turquie : Noel Baba (« Père Noël »), bien que les Turcs soient principalement musulmans, certains foyers perpétuent la tradition de « Noel Baba » et de l'arbre de Noël (ou de la nouvelle année).
    • Drapeau de l'Ukraine Ukraine : Svyatyy Mykolay ; Дід Мороз / Did Moroz
    • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam : Ông già Noel (« Le vieil homme de Noël

     

     

    En Europe, les rituels liés à l’approche de l’hiver sont ancestraux.

      

    Au Moyen Âge, l’Église catholique décide de remplacer les figures païennes par des saints.

    Par le nom de « saint Nicolas », elle désigne Nicolas de Myre, un personnage qui vécut au IVe siècle au sud de la Turquie actuelle près d’Antalya, contemporain de la dernière vague de persécutions et du concile de Nicée, moment important du christianisme.

    Le conservateur et responsable du département d’information numérique au Musée copte, Hani Zarif, affirme « Papa Noël, connu sous le nom de Santa Claus, est une vraie personnalité historique ». C’est l’évêque de Myre né vers la fin du IIIe siècle en Lycie, au sud de l’actuelle Turquie. Possédant un héritage important, il distribuait les cadeaux et la nourriture aux pauvres et aux familles modestes pendant la nuit, anonymement. Ainsi il tentait de récupérer le mythe du Santa Klaus scandinave laique à des fins religieuses. Ce qui n'aura de cesse pendant des siècles.

    Lors des Croisades, au XIe siècle, sa dépouille est volée par des marchands italiens, mais ils laissent sur place un morceau de crâne et de mâchoire. Les reliques sont transférées à Bari, en Italie. Un chevalier lorrain aurait aussi récupéré une de ses phalanges et l’offrit à l’église de Port. Devenue lieu de pèlerinage, la ville est alors rebaptisée Saint-Nicolas-de-Port. Saint Nicolas devient le saint patron de la Lorraine. En 1477, le duc de Lorraine, René II, lui attribue sa victoire contre Charles le Téméraire[3]. Par la suite, sa légende sera reliée à la Nativité. Il deviendra dans presque toute la France « Papa Noël » soit « Père de la Nativité ».

    Á Bari en Italie, la relique aurait produit des miracles. Selon une légende, il aurait ressuscité trois enfants découpés par un horrible boucher. Il est alors présenté comme le saint protecteur des tout-petits. C’est pourquoi, en sa mémoire, le 6 décembre de chaque année, principalement dans les pays d’Europe du Nord et de l’Est (notamment dans l’Est de la France en Alsace, à Metz, à Nancy et à Saint-Nicolas-de-Port), la coutume veut qu’un personnage, habillé comme on imaginait que saint Nicolas l’était (grande barbe, crosse d’évêque, mitre, grand vêtement à capuche), va alors de maison en maison pour offrir des cadeaux aux enfants sages. Au XVIe siècle, la légende du saint s’enrichit avec le personnage du père Fouettard qui punit les enfants désobéissants (selon certaines traditions, celui-ci serait en fait le boucher de la légende). En France, à partir du XIIe siècle également appelé, le vieux qui présidait ce cortège, est par la suite appelé « Noël ».

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , ,